La rééducation du périnée, une priorité !

Six à huit semaines après l’accouchement, les jeunes mamans ont une consultation postnatale. Si le périnée est bien tonique, alors la jeune maman peut se mettre à la course sans souci. En revanche, si le périnée manque de tonicité, il faut d’abord faire une rééducation périnéale avant de reprendre le sport.
partager l’article Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Comment savoir si une jeune maman peut reprendre la course à pied sans risque, les explications du Pr Philippe Deruelle, gynécologue obstétricien.

Physiologiquement, l’organisme a besoin de quatre à six semaines pour se remettre de l’accouchement : pour retrouver la tonicité des muscles, pour que l’utérus reprenne sa taille normale… Il est donc recommandé d’attendre ce délai avant de reprendre la course à pied.

Six à huit semaines après l’accouchement, les jeunes mamans ont une consultation postnatale. Le médecin va vérifier qu’il n’y a pas de fuite urinaire ni anale (complication très rare mais qui nécessite une prise en charge particulière avant la reprise de la course à pied). Si tout va bien, si le périnée est bien tonique, alors la jeune maman peut se mettre au running sans souci.
En revanche, si le périnée manque de tonicité, il faut d’abord faire une rééducation périnéale avant de reprendre la course.

Photo-Pr-Philippe-Deruelle.jpg

Si le périnée manque de tonicité, une rééducation s’impose pour éviter l’incontinence urinaire, voire même une descente d’organes.

Pr Philippe Deruelle, gynécologue obstétricien

En quoi consiste la rééducation périnéale et combien de temps doit-elle durer ?
Il existe deux types de rééducation périnéale.
La première consiste à imaginer son périnée (la place qu’il occupe…), et à faire des exercices de manière autonome de contraction du périnée (appelés exercices du plancher pelvien). Par exemple, l’exercice du « pipi stop ».
Pour celles qui n’y arrivent pas, une autre méthode est possible, celle du « biofeedback instrumental ». Cela consiste à introduire une sonde qui va stimuler le muscle en le contractant.
En France, on considère que toutes les femmes qui accouchent par voie basse doivent faire une rééducation du périnée, mais en fait seulement 10 à 15 % d’entre elles en ont réellement besoin (de nouvelles recommandations doivent bientôt sortir sur ce sujet).
La durée de la rééducation est variable. En général, elle nécessite 5 à 20 séances.

Quelles sont les conséquences si je reprends la course à pied alors que mon périnée n’est pas prêt ?
La course à pied est un sport qui, à cause de ses chocs répétés, peut, si le périnée n’est pas prêt, accentuer une incontinence urinaire et, plus tard, provoquer une descente d’organes, encore appelée prolapsus (apparition le plus souvent après 40 ans, beaucoup plus rare chez la femme jeune). En effet, passé 40 ans, la production d’hormones féminines diminue, ce qui entraîne une perte de tonicité des muscles et du périnée, favorisant le prolapsus.
Lors d’une descente d’organes, l’utérus descend dans le vagin, la vessie et le rectum ne sont plus maintenus correctement à leur place. Les premiers symptômes du prolapsus sont souvent des fuites urinaires, une constipation, ou une simple sensation de pesanteur dans le bas-ventre.
Si les symptômes apparaissent, il est indispensable de consulter son gynécologue.
(Les prolapsus sévères sont de plus en plus rares, car les femmes connaissent de mieux en mieux leur corps et consultent plus facilement, un réflexe à ne pas perdre !)

Les femmes sportives ont plus de risque de connaître une descente d’organes (risque multiplié par deux par rapport aux non sportives), mais c’est un risque qui reste rare chez les sportives amateurs, donc cela ne doit pas vous empêcher d’aller courir, loin de là !

 

Photo-Pr-Philippe-Deruelle.jpg

Les femmes sportives ont plus de risque de connaître une descente d’organes, mais c’est un risque qui reste rare chez les sportives amateurs, donc cela ne doit pas vous empêcher d’aller courir, loin de là !

Pr Philippe Deruelle, gynécologue obstétricien