Protéine C réactive élevée et maux de ventre : quel lien ?

5/5 - (1 vote)

Les maux de ventre sont un trouble courant dont peut se plaindre n’importe qui. Il s’agit d’un problème qui peut être causé par plusieurs éléments. Lorsqu’ils surviennent, il est donc important de chercher à savoir leur origine pour la mise en place d’un traitement adapté afin de soulager le sujet souffrant. Ainsi, il est possible de se demander s’il existe un rapport entre une CRP ou une protéine C réactive élevée et des maux de ventre. Découvrez la réponse à cette question dans la suite pour une bonne évaluation des sources des maux de ventre.

Existe-t-il un rapport entre une protéine C réactive élevée et des maux de ventre ?

À cette question, nous répondons « oui », il est possible que des maux de ventre aient un lien avec une protéine C réactive élevée. La protéine C réactive est une substance libérée par le foie pour répondre à une inflammation qui survient dans l’organisme.

Ainsi, lorsque son taux est élevé, cela prouve qu’il y a une inflammation au sein du corps. Si cette inflammation se produit dans le dispositif digestif, il est possible d’avoir des maux de ventre. Toutefois, la protéine C réactive élevée ne fournit pas un diagnostic précis des origines des maux de ventre.

Lire également :  Les effets secondaires du rabotage de la prostate

Il est indispensable de procéder à une analyse plus approfondie pour pouvoir identifier avec plus précision la cause réelle de ces douleurs au niveau de l’abdomen afin de mettre en place un plan efficace de traitement.

En gros, un haut taux de protéine C-réactive dans l’organisme est en général considéré comme étant un indicateur naturel d’inflammation à l’intérieur du corps. Mais, le lien spécifique qu’il peut avoir entre une protéine C réactive élevée et des maux de ventre est variable selon la source sous-jacente de l’inflammation.

Quelles sont les causes inflammatoires à la base d’une protéine C réactive élevée et des maux de ventre ?

Plusieurs causes peuvent être à la base de ce symptôme. On peut citer notamment :

  • Des infections intestinales ou gastriques qui peuvent être virales, fongiques, ou bactériennes ;
  • Des MII ou maladies inflammatoires de l’intestin comme la colite ulcéreuse ainsi que la maladie de Crohn ;
  • Une pancréatite chronique ou aiguë ;
  • Des affections auto-immunes notamment le lupus érythémateux systémique, la polyarthrite rhumatoïde ;
  • Des tumeurs au niveau de l’appareil digestif.

Il est à préciser qu’il peut avoir d’autres causes de la présence de l’inflammation dans le ventre pouvant entraîner une protéine C réactive élevée et des maux de ventre. Il est donc recommandé de chercher à voir un spécialiste de la santé pour une meilleure évaluation des symptômes ainsi qu’une interprétation efficace des résultats des examens.

Quels sont les différents autres symptômes auxquels la protéine c réactive élevée peut-elle être associée ?

Comme indiqué plus haut, la protéine C-réactive est un indicateur d’inflammation à l’intérieur le corps. Une hausse de sa quantité peut s’associer à des conditions variées. Bien que lorsqu’elle est élevée, elle ne provoque aucun symptôme particulier, l’inflammation étant à sa base peut présenter plusieurs autres signes caractéristiques à part des maux de ventre. On peut citer par exemple :

  • La fièvre dans le cas d’une inflammation systémique,
  • Des douleurs, gonflement ou raideurs au niveau des articulations,
  • Des douleurs au niveau des muscles dans l’ensemble du corps,
  • La fatigue,
  • Des nausées, de la diarrhée, des vomissements, des troubles au niveau du dispositif intestinal,
  • Des éruptions au niveau de la peau,
  • Un essoufflement, une respiration qui siffle, une toux.
Lire également :  Le kétoprofène agit en combien de temps ?

Il est à notifier que ces différents symptômes sont variables selon la condition à la base de l’inflammation et donc de la protéine C réactive élevée. C’est pourquoi, une évaluation intégrale de chaque cas par des spécialistes de la santé est recommandée pour une identification efficace de la source sous-jacente et pour l’établissement sans faille d’un diagnostic.

Laisser un commentaire